Retour à  la page Mes ancêtres

Origine :

 

 

Un premier ancêtre

 

Guillaume Deguise

I-1568

Dit Flamand

1666-1711

 

 

Baptisé le mardi 14 septembre 1666, à  Saint-Éloi de Dunkerque, (Nord), fils de Jacob De Guise et de Marie Fevier, de la paroisse de Dunkerque, d’o๠son surnom de Flamand, ce maà®tre maçon contracte mariage devant le notaire Genaple, le dimanche 8 juillet 1691, avec Marie-Anne Morin, née à  Québec le samedi 22 juillet 1673, fille de Pierre Morin et de Catherine Lemesle, et l’épouse à  Québec, le dimanche 12 aoà»t 1691.  De leur union naissent huit enfants.

 

Il s’établit à  la Riviѐre Saint-Charles sur une terre relevant de la seigneurie des Jésuites à  Sillery.  Le 21 décembre 1691, le maçon Mathieu Lagrange lui vend, au prix de 120 livres, une terre de deux arpents de front par trente arpents de profondeur dont huit à  dix arpents sont en culture.

 

Le 8 mars 1698, il est nommé subrogé tuteur aux enfants mineurs de feu Pierre Lachaisne dit Jolicoeur et de Marie-Anne Hulin.  Les Jésuites lui concѐdent, le 17 décembre 1703, une terre de deux arpents de front par trente arpents de profondeur, sur la route Saint-Pierre, dans la seigneurie de Sillery, prѐs de la Riviѐre Saint-Charles.  Il a fourni six cents lattes de bois à  vingt-cinq sols le cent lattes, pour la maison du chirurgien Timothée Roussel.  Il obtient 7 livres et 10 sols pour ce travail, le 25 juillet 1705.

 

à€ titre de procureur de sa belle-mѐre Catherine Lemesle, veuve de Pierre Morin, il loue la terre de ce dernier à  la Riviѐre Saint-Charles pour une durée de trois ans, le 3 janvier 1707, à  Joseph Morin qui doit en retour verser la moitié des grains.  Il lui loue également un cheval et une paire de bÅ“ufs.

 

Cependant, le contrat est annulé le 6 février suivant.  Les Jésuites l’ont choisi ainsi que Charles Lessard et Claude Boutin pour évaluer les travaux réalisés sur une terre qui leur a été remise par Jean Renaud.  Ils les estiment à  60 livres, ce qui équivaut à  l’arrérage des rentes.

 

Il vend à  Jean Petit, le 11 novembre 1708, au prix de 300 livres, la terre que les Jésuites lui ont concédée en 1703 sur la route Saint-Pierre.   La terre de sa belle-mѐre étant demeurée inutilisée, elle la lui loue, le 24 novembre 1709.   Il n’en profite guѐre, car il décѐde à  Québec le 17 février 1711 et y est inhumé le lendemain. 

 

Sa veuve fait procéder à  l’inventaire des biens, le 29 octobre 1712, par le notaire Dubreuil.  Il possѐde une terre de quinze arpents de front par trente arpents de profondeur à  la Riviѐre Saint-Charles.  On y trouve une maison « de piѐce sur piѐce fort vieille Â», de vingt-deux pieds par dix-huit pieds, une grange de trente pieds par vingt pieds et une étable de quinze pieds par vingt-pieds.

 

Signature numéro 293.

 

Retour à  la page Mes ancêtres

© 2014 Mes Ancêtres